|

24/11/16

  • Marie-Lise Chanin

    Du protocole de Montréal à la COP 21

    Durée : 54:15

    Marie-Lise Chanin, directrice de recherche émérite au CNRS LATMOS/IPSL

    licence CC-By NC

  • Eric Piolle

    Quelles utopies réalistes dans une grande ville comme Grenoble ?

    Durée : 2:11:50

    Quelles utopies réalistes dans une grande ville comme Grenoble ?
    La liste conduite par Éric PIOLLE aux municipales de Grenoble en 2014 était une liste citoyenne soutenue par une alliance regroupant EELV, le Parti de gauche, les Alternatifs, la Gauche anticapitaliste et deux associations locales, l’ADES et le Réseau citoyen. Avec 40% des suffrages exprimés (environ 60% de votants) au second tour, Éric PIOLLE a été élu maire de Grenoble le 4 avril 2014.
    Les engagements étaient ambitieux, avec des thèmes portant sur : une ville à la démocratie renouvelée, un bouclier social et écologique, une ville à taille humaine et des quartiers où il fait bon vivre.
    Dans le domaine démocratique par exemple, l’engagement portait sur des conseils citoyens indépendants, sur la création d’un budget participatif avec délibération par les citoyens, sur la division par trois du seuil pour saisir le Conseil Municipal, sur l’ouverture d’un droit de votation d’initiative citoyenne…
    Après 2 ans et demi de mandat, quel constat et analyse fait Éric PIOLLE de l’exercice de maire ? Quels principaux freins et leviers rencontre-t-il ? Quels sont ses éléments de fierté et ses principales déceptions ? Quel regard porte-t-il sur la démocratie territoriale et citoyenne ? Sa vision a-t-elle changée ?
    Licence CC-ByNc

  • 30/11/16

    |
    |

    14/12/16

  • Bernard chevassus au louis

    Humanisme et biodiversité: quelle éthique des relations hommes - nature ?

    Durée : 2:16:52
    L’humanisme, courant philosophique qui s’est imposé en Occident à la Renaissance, a centré son propos sur la valeur intrinsèque de l’individu humain, être libre et autonome, maître de son destin. Il a introduit en même temps une conception fortement dualiste des relations entre les humains et la nature, en particulier la nature vivante. Régie par des lois déterministes, immuables, cette nature avait au mieux une valeur instrumentale, voire était porteuse de valeurs négatives si l’homme ne parvenait pas à la maîtriser au service de son projet. La fin du 18ème siècle et surtout le 19ème siècle ont marqué un tournant, avec, d’une part, la reconnaissance progressive de « valeurs de la nature » (Rousseau et les romantiques, les impressionnistes…) et, d’autre part, les apports de la science (théorie de l’évolution, écologie, étude des comportements animaux…) qui ont fortement remis en cause les fondements de ce dualisme. S’y est ajouté au 20ème siècle l’essor de l’ethnologie, qui a montré le caractère très particulier, dans l’espace et dans le temps, de cette « cosmologie » des êtres vivants. Faut-il renoncer à l’humanisme et parler de « post-humanisme » ? Ne faut-il pas plutôt élargir, comme il l’a déjà fait à plusieurs reprises, le domaine des êtres concernés par cet humanisme et englober l’ensemble de la biosphère comme une communauté d’histoire et de destin ? Licence CC-ByNc
  • michel simatic,

    Tchatche pechue - L'autobus

    Durée : 6:58

    Mediane 2017... des champions se sont livrés à un exercice de "Tchatche Pechue",
    20 secondes par transparent, et 20 transparents.
    Ils nous ont fait part de leurs expériences pédagogiques.

    licence cc-by

  • 19/01/17

    |
    |

    19/01/17

  • Marianne Laurent

    Tchatche pechue - Recherche Inovation entrepreunariat

    Durée : 7:26

    Mediane 2017... des champions se sont livrés à un exercice de "Tchatche Pechue",
    20 secondes par transparent, et 20 transparents.
    Ils nous ont fait part de leurs expériences pédagogiques.

    licence cc-by

  • Mathieu Vermeulen

    Tchatche pechue - Jet Storm

    Durée : 7:12

    Mediane 2017... des champions se sont livrés à un exercice de "Tchatche Pechue",
    20 secondes par transparent, et 20 transparents.
    Ils nous ont fait part de leurs expériences pédagogiques.

    licence cc-by

  • 19/01/17

    |
    |

    19/01/17

  • Beatrice vacher

    Tchatche pechue - Tribunal de lecture

    Durée : 7:17

    Mediane 2017... des champions se sont livrés à un exercice de "Tchatche Pechue",
    20 secondes par transparent, et 20 transparents.
    Ils nous ont fait part de leurs expériences pédagogiques.

    licence cc-by

  • michel simatic

    Tchatche pechue - 48h Chrono

    Durée : 8:25

    Mediane 2017... des champions se sont livrés à un exercice de "Tchatche Pechue",
    20 secondes par transparent, et 20 transparents.
    Ils nous ont fait part de leurs expériences pédagogiques.

    licence cc-by

  • 19/01/17

    |
    |

    31/01/17

  • OpenAccess-philippe_lenca

    Durée : Test

    Paroles de chercheurs sur l'Open Access
    licence cc-by

  • OpenAccess-isabel_amigo

    Durée : Test

    Paroles de chercheurs sur l'Open Access
    licence cc-by

  • 31/01/17

    |
    |

    31/01/17

  • OpenAccess-thierry_gousset

    Durée : Test

    Paroles de chercheurs sur l'Open Access
    licence cc-by

  • OpenAccess-odile_morineau

    Durée : Test

    Paroles de chercheurs sur l'Open Access
    licence cc-by

  • 31/01/17

    |
    |

    02/02/17

  • cape

    Médiane 2016 - vendredi

    Durée : 2:21

    Profitons en jusqu'à la fin ...

    licence cc-by

  • Massimo AMATO

    A la recherche de l’Eutopie monétaire : vers quelle(s) nouvelle(s) monnaie(s) ?

    Durée : 2:23:09

    « Eutopie » : c’est ainsi que Keynes caractérise son projet de monnaie internationale en 1944. Nous partirons de l’exposition du fonctionnement de l’International Clearing Union pour essayer d’en tirer un certain nombre d’indications : cette monnaie n’est pas instituée comme une réserve de valeur, elle est complémentaire aux monnaies nationales, elle incorpore une certaine notion de crédit, et de confiance, et finalement est instituée pour disparaître.
    Le « principe de compensation » qui est à la base du projet de Keynes sera ensuite assumé comme critère d’analyse de trois cas de monnaie complémentaire, ainsi que de la structure de la monnaie unique européenne.
    Encore plus rigides que les mécanismes de fonctionnement du gold standard, les mécanismes de l’euro ont déclenché la crise européenne et ils risquent de la pérenniser. Ils reposent sur l’unicité de la monnaie unique, qui à son tour repose sur la fonction de réserve de valeur.
    Une réforme n’est donc possible qu’en remettant en cause l’unicité au nom de la complémentarité et la réserve de valeur au nom de « la disparition de la monnaie » impliquée par la compensation. Cette réforme pourrait donner lieu à un système monétaire axé sur la notion de complémentarité entre monnaies.

    Licence CC-ByNc

  • 07/02/17

    |
    |

    03/03/17

  • Science ouverte à l'ouest-Bernard Rentier-1

    Durée : Test

    Une conférence de Mr. Bernard Rentier, ancien recteur de l'Université de Liège posera les enjeux de l’accès libre à la production scientifique, notamment les deux voies ouvertes aux chercheurs, la verte et la dorée, en éclairant les difficultés ou impasses persistantes à ce jour, propres à chaque mode de diffusion choisi. Elle présentera notamment les modes d’appropriation de l’archivage des publications par les chercheurs et les doctorants.

    licence cc-by

  • Science ouverte à l'ouest-Bernard Rentier-2-question

    Durée : Test

    Une conférence de Mr. Bernard Rentier, ancien recteur de l'Université de Liège posera les enjeux de l’accès libre à la production scientifique, notamment les deux voies ouvertes aux chercheurs, la verte et la dorée, en éclairant les difficultés ou impasses persistantes à ce jour, propres à chaque mode de diffusion choisi. Elle présentera notamment les modes d’appropriation de l’archivage des publications par les chercheurs et les doctorants.
    licence cc-by

  • 03/03/17

    |
    |

    03/03/17

  • Science ouverte à l'ouest-Table ronde

    Durée : Test

    Table ronde animée par Thierry Fournier, responsable Documentation en ligne et Open Access à l'Université de Rennes 1, à laquelle Bernard Rentier participe aux côtés de :
    Stéphane Amiard, vice-président pour le numérique de l'université d'Angers
    Carine Bernault, professeure en Droit à l'Université de Nantes
    Olivier Ertzscheid, maître de conférence en info-com à l'IUT de la Roche-sur-Yon
    Yves Picard, Presses Universitaires de Rennes
    Serge Suanez, enseignant-chercheur en Géographie à l'UBO, directeur scientifique de la revue Geomorphologie : relief, processus, environnement
    licence cc-by

  • Science ouverte à l'ouest-Table ronde (suite)

    Durée : Test

    Table ronde animée par Thierry Fournier, responsable Documentation en ligne et Open Access à l'Université de Rennes 1, à laquelle Bernard Rentier participe aux côtés de :
    Stéphane Amiard, vice-président pour le numérique de l'université d'Angers
    Carine Bernault, professeure en Droit à l'Université de Nantes
    Olivier Ertzscheid, maître de conférence en info-com à l'IUT de la Roche-sur-Yon
    Yves Picard, Presses Universitaires de Rennes
    Serge Suanez, enseignant-chercheur en Géographie à l'UBO, directeur scientifique de la revue Geomorphologie : relief, processus, environnement
    licence cc-by

  • 03/03/17

    |
    |

    09/03/17

  • Olivier APPERT

    Diner-débat ATEE : Le secteur énergétique dans la tourmente : quels scénarios possibles ?

    Durée : 46:10

    L'ATEE Grand-Ouest organise un diner-débat autour du thème: "Le secteur énergétique dans la tourmente : Quels scénarios possibles ?"

    Le recours aux énergies fossiles au cours des dernières décennies est principalement à l’origine des changements climatiques. L’accord de la communauté internationale, lors de la COP21 officialise l’urgence climatique avec de fortes ambitions sur l’adaptation et sur l’atténuation.
    Parallèlement, le prix du charbon, du gaz et du pétrole ainsi que le prix du CO2 ont considérablement baissé depuis 2012, rendant économiquement fragile des projets de production d’énergie décarbonée sans un fort soutien des pouvoirs publics, et donc des contribuables.
    En quelques années, nous sommes passés du discours d’un prix très élevé du baril, basé sur la théorie du peak oil, à celui d’une abondance relative et conjoncturelle pour laquelle le GIEC nous invite à laisser dans le sol 50 à 75% des réserves actuelles de ressources fossiles.
    Jamais le secteur n’a connu autant de changements et d’incertitudes : les Etats-Unis sont désormais un des plus gros producteurs de gaz (issu de schistes) et sont devenus en quelques années les premiers producteurs de produits pétroliers liquides, la consommation énergétique des économies occidentales stagne ou baisse, la Chine souhaite réduire sa consommation de charbon pour réduire la pollution locale, le prix du carbone est très bas, la part des énergies renouvelables croit rapidement, le nucléaire est confronté à des défis importants, le Moyen Orient est confronté à un chaos géopolitique majeur… Les surprises climatiques nous rappelleront probablement à une certaine réalité.
    Comment alors penser et construire une stratégie de transition énergétique ? Quels sont les scénarios les plus probables, les plus souhaitables ?

    Olivier APPERT, président directeur général d'IFP Energies nouvelles de 2003 à 2015, préside actuellement le Conseil Français de l'Energie. Il est par ailleurs

  • Olivier APPERT

    Diner-débat ATEE : Le secteur énergétique dans la tourmente : quels scénarios possibles ? échange

    Durée : 37:03

    (Echange)
    L'ATEE Grand-Ouest organise un diner-débat autour du thème: "Le secteur énergétique dans la tourmente : Quels scénarios possibles ?"

    Le recours aux énergies fossiles au cours des dernières décennies est principalement à l’origine des changements climatiques. L’accord de la communauté internationale, lors de la COP21 officialise l’urgence climatique avec de fortes ambitions sur l’adaptation et sur l’atténuation.
    Parallèlement, le prix du charbon, du gaz et du pétrole ainsi que le prix du CO2 ont considérablement baissé depuis 2012, rendant économiquement fragile des projets de production d’énergie décarbonée sans un fort soutien des pouvoirs publics, et donc des contribuables.
    En quelques années, nous sommes passés du discours d’un prix très élevé du baril, basé sur la théorie du peak oil, à celui d’une abondance relative et conjoncturelle pour laquelle le GIEC nous invite à laisser dans le sol 50 à 75% des réserves actuelles de ressources fossiles.
    Jamais le secteur n’a connu autant de changements et d’incertitudes : les Etats-Unis sont désormais un des plus gros producteurs de gaz (issu de schistes) et sont devenus en quelques années les premiers producteurs de produits pétroliers liquides, la consommation énergétique des économies occidentales stagne ou baisse, la Chine souhaite réduire sa consommation de charbon pour réduire la pollution locale, le prix du carbone est très bas, la part des énergies renouvelables croit rapidement, le nucléaire est confronté à des défis importants, le Moyen Orient est confronté à un chaos géopolitique majeur… Les surprises climatiques nous rappelleront probablement à une certaine réalité.
    Comment alors penser et construire une stratégie de transition énergétique ? Quels sont les scénarios les plus probables, les plus souhaitables ?

    Olivier APPERT, président directeur général d'IFP Energies nouvelles de 2003 à 2015, préside actuellement le Conseil Français de l'Energie. Il

  • 09/03/17

    |

    Mediane 2017

    Vous trouverez ici : les vidéos de médiane 2017,

    Voir les vidéos »

    Mediane 2016

    Vous trouverez ici : les vidéos de médiane 2016

    Voir les vidéos »

    OpenAccess

    temoignages de chercheurs sur l' open Access

    Voir les vidéos »